jeudi 19 janvier 2017

L’Amérique contre l’État Profond

Article original de James Howard Kunstler, publié le 9 janvier 2017 sur le site kunstler.com
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr

Résultats de recherche d'images pour « goebbels mensonges »
Un mensonge répété un millier de fois devient une vérité. Joseph Goebbels, ministre nazi de la Propagande
Le public est presque complètement déboussolé. L’État profond a convaincu 80 % des Américains que toutes les informations sont de la propagande, en particulier les nouvelles émanant des propres services de renseignement de l’État profond. Ils sont toujours au taquet. La plus fausse de toutes les histoires de « fausses nouvelles » se révèle être… le « piratage électoral par la Russie ». Elle a été rapportée de façon concluante samedi en première page du New York Times, une filiale en propriété exclusive de l’État profond  :

mercredi 18 janvier 2017

L’implosion des marchés mondiaux a commencé et ne peut pas être arrêtée

Article original publié le 19 Décembre 2016 sur le site SRSrocco REPORT

Résultats de recherche d'images pour « market down »
 

Le monde ne le réalise pas encore, mais l’implosion des marchés mondiaux a commencé et ne peut pas être arrêtée. Pourtant, les réseaux financiers continuent de se concentrer sur la hausse du marché boursier des États-Unis et le dollar et cela montre un état d’esprit devenu totalement fou.
Pourquoi ? Parce que l’augmentation rapide du dollar et plus largement du marché boursier américain ne représentent pas une économie saine, mais révèle plutôt l’enflure de la tumeur cancéreuse financière des États-Unis. Plus elle croît rapidement, plus elle mettra en danger leur économie.

mardi 17 janvier 2017

Traductions

L'objectif de cette page est de donner accès à une information internationale à ceux qui ne comprennent pas l'anglais. La langue est une barrière pour certains et il est du devoir de ceux qui le peuvent de proposer le point de vue des autres peuples pour que tous, nous puissions nous comprendre sans l'intermédiaire des filtres de nos médias. Les citoyens américains ont un point de vue, les allemands aussi ainsi que les russes ou les ivoiriens. Entendre leur vision du monde, c'est élargir la notre et c'est le meilleur moyen de ne pas se faire manipuler par la peur et par la haine.

Vous ne changerez jamais les choses en combattant ce qui existe déjà.
Pour changer les choses, construisez un nouveau modèle qui rendra l'ancien obsolète.
Richard Buckminster Fuller (1895-1983)

Traductions 2014 - 2016 des auteurs les plus traduits

Derniers Ajouts 

lundi 16 janvier 2017

Guerre Hybride 8. Le pivot à venir de l’Ouganda pourrait être miné 1/2

Article original de Andrew Korybko, publié le 30 Décembre 2016 sur le site Oriental Review
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr
 


L’Ouganda est un pays dont beaucoup de gens semblent avoir entendu parler, mais dont peu, excepté les gens du pays, savent quelque chose. Il est situé à proximité de la région de l’Afrique centrale, divisée mais riche en ressources. Il fait cependant encore techniquement partie intégrante de l’Afrique de l’Est intégrée et orientée vers ses marchés. L’Ouganda pourrait servir de tête de pont cruciale pour relier deux zones dynamiques du continent, mais fonctionne actuellement comme un solide tampon pour empêcher les anciens problèmes de militantisme de saper la croissance économique présente. La Chine veut changer tout cela en transformant l’Ouganda en une jonction ultime de l’infrastructure, en s’appuyant sur son pouvoir militaire puissant pour transformer la « Prusse africaine » en « Kazakhstan africain », autrement dit un pont terrestre transrégional d’une importance géostratégique sans précédent.

Le faux récit de la reprise économique mourra en 2017

Article original de Brandon Smith, publié le 6 janvier 2016 sur le site alt-market.com
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr



Oui, le récit de la « nouvelle normalité » existe depuis si longtemps que beaucoup de gens se sont simplement habitués à cela. L’hypothèse est que la « nouvelle normalité » financière est devenue la « normalité » financière, et bien que les facteurs fondamentaux continuent à se déprécier, sous le poids de la faible demande mondiale et de la dette historique en lévitation par la grâce des stimuli externes de monnaie fiduciaire, les masses éprouvent beaucoup moins de peur que ce qui serait justifié. Eh, pourquoi devraient-elles? Nous avons réussi depuis environ huit ans à patiner sur une mince couche de glace, pourquoi ne pourrions-nous pas nous attendre à huit autres années du même genre?

samedi 14 janvier 2017

Les calculs d’EROEI pour le solaire photovoltaïque sont trompeurs

Article original de Gail Tverberg, publié le 21 Décembre 2016 sur le site http://ourfiniteworld.com
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr
 
Résultats de recherche d'images pour « images EROEI francais »
 

Le concept de taux de retour énergétique (EROEI) est très fréquemment utilisé dans les études sur l’énergie. En fait, de nombreux lecteurs semblent penser: « Bien sûr, l’EROEI est ce que nous devrions regarder en comparant les différents types d’énergie. Quoi d’autre est important? » Malheureusement, plus on approfondit les discussions entre chercheurs, plus les problèmes se révèlent. Les gens qui travaillent avec l’EROEI disent régulièrement : « L’EROEI est un outil, mais c’est un outil contondant. Un EROEI de 100 est utile, comparé à un EROEI de 10. Pour les petites différences, ce n’est pas si clair. « 

Photovoltaïque: le viol culturel?

Article original de Ugo Bardi, publié le 7 Janvier 2017 sur le site CassandraLegacy
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr



 
Ugo Bardi nous propose un commentaire d’un article de Nicolas Casaux : D’indigènes à consommateurs grâce aux énergies « renouvelables » (ou Le désastre des Tokelau).

Apparemment, le gouvernement de la Nouvelle-Zélande a financé une grande installation photovoltaïque dans l’île de Tokelau, quelque part au milieu de l’océan Pacifique. L’installation est soutenue par des batteries au plomb, de sorte qu’elle peut fournir de l’électricité 24/24 aux insulaires (environ 1400 personnes.) Cela permet aux insulaires d’avoir la télévision, l’internet à haut débit et de pouvoir commander par la poste sur Amazon et eBay.

Nicolas Casaux analyse cela comme une opération de couverture, contre laquelle il s’insurge sur plusieurs paragraphes avec une longue tirade contre l’énergie renouvelable, puis compare la photo-voltaïsation des îles à leur conversion à la religion catholique. Fondamentalement, c’est un « viol culturel » qui laisse les insulaires dépendants d’une technologie sophistiquée dont, selon lui, ils n’avaient pas besoin, ayant été autosuffisants pendant des siècles et heureux de cuire les poissons qu’ils capturaient enveloppés dans des feuilles de bambou, plutôt que dans du papier d’aluminium.

Je ne dis pas que Nicolas Casaux a tort. D’un autre côté, je suis un peu inquiet de voir un Occidental prétendre être sûr que ces insulaires étaient plus heureux avant d’avoir du photovoltaïque sans avoir demandé leur avis (il ne semble pas le leur avoir demandé). Je trouve également répréhensible d’utiliser le titre de « catastrophe écologique des énergies renouvelables », quand il n’y en a clairement aucune.

D’autre part, cet article est intéressant comme preuve d’une attitude négative généralisée contre les énergies renouvelables (au moins en Occident). Il soulève également un point légitime : comment l’énergie renouvelable va-t-elle affecter nos vies? Mon impression est que la plupart de ce qui est dit à ce sujet vient tout simplement du refus d’accepter le changement, en quelque sorte. Mais il est clair que la diffusion du photovoltaïque va apporter de nombreux et importants changements. Et ces changements ne se produiront pas seulement sur l’île de Tokelau.

Ugo Bardi

Note du taducteur

Cet article d'Ugo Bardi me permet de donner un coup de projecteur indirect sur le travail de Nicolas Casaux sur son blog http://partage-le.com. Vous y trouverez une collection impressionnante de textes et de traductions autour des impacts de la modernité sur nos sociétés et la terre, les dangers apparents et ceux induits qui produisent leurs effets à long terme à travers les générations. Ugo Bardi dénonce cet article tout en ayant l'air d'être neutre, avec un brin de mauvaise foi comme avec ce "refus d'accepter le changement".

Comme si la modernité, le progrès étaient la seule porte de sortie. On pourrait prendre l'exemple de Nauru ou il y a 90% de diabétiques et d'obèses. La modernité peut être une chance si les populations sont éduquées pour en comprendre toutes les externalités. La démocratie est aussi un système parfait, si tous les citoyens ont lu Platon et Machiavel. On a finalement un assez bon résumé des tensions qui travaillent le monde. Comment gérer le désir de confort des populations en cours de "modernisation"? Comment continuer un certain progrès, si on doit admettre ses limites et les combattre? Comment gérer les ethnocides culturels en cours? Comment gérer globalement, si tout système global est destiné à être piraté par une oligarchie? Les commentaires ... en anglais sous l'article de Bardi sont aussi très intéressants.